Espionnage et attaques sur l’industrie de défense révélés par le ministre

Devant la commission sénatoriale, Sébastien Lecornu a exposé des cas d’ingérences étrangères. Il a signalé une recrudescence significative d’agressions physiques ciblant en particulier les prestataires travaillant pour les entreprises de défense. Le 25 juin, face aux membres de la commission enquêtant sur les ingérences étrangères, Sébastien Lecornu, ministre des Armées, a été particulièrement éloquent. Dans le cadre de sa dernière intervention, il a mis en lumière un aspect différent de la guerre hybride orchestrée par des acteurs internationaux.

Au cours des années 2022 et 2023, environ une cinquantaine de sociétés ont été victimes, outre les attaques cybernétiques, de violations telles que des intrusions, des effractions et des tentatives de contact. Ces statistiques, qui n’avaient pas été précédemment communiquées au grand public, ont connu une augmentation de 25% en comparaison avec l’année 2021.

Sébastien Lecornu considère que cela relève beaucoup de la “guerre froide”. Bien que cela n’ait jamais complètement cessé, cela a repris de manière significative au cours des deux dernières années. Il souligne également que le rythme de ces offensives ne montre aucun signe de ralentissement.

« Il a été observé une intensification des activités d’espionnage récemment. »

Bien que les grandes entreprises de la Base Industrielle et Technologique de Défense (BITD) aient été la cible de tentatives d’attaques, la grande majorité de ces dernières ont ciblé leurs sous-traitants. Ces derniers, qui incluent des très petites entreprises (TPE), des petites et moyennes entreprises (PME) ainsi que des entreprises de taille intermédiaire (ETI), ont été confrontés à 80 % de ces attaques.

Afin de contrer et de démasquer les instigateurs d’attaques, le ministère de la Défense s’en remet à la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD), une entité méconnue. Cette direction, experte en contre-espionnage et faisant partie de l’élite des services, est constituée de 1.700 personnels, tant civils que militaires. De 2019 à 2025, son budget a connu une hausse de 97%. Elle a pour objectif de repérer, former et sauvegarder les entités, qu’elles soient civiles ou militaires, visées par des menaces.

Le financement alloué à la DRSD “continuera de croître jusqu’à 2030”, conformément à la Loi de programmation militaire. Cependant, selon Sébastien Lecornu, la sécurisation des sociétés incombe à ces dernières. « Lorsqu’une autorisation de ‘secret défense’ est octroyée, il est impératif que les sociétés adoptent les mesures appropriées à cette certification.

Il est clair que si votre organisation est une entreprise de défense ou une entité qui pourrait être ciblée par des adversaires, International ICS est capable de mener des opérations de “Contre-Mesures de Surveillance Technique” (le terme TSCM en anglais). Cette démarche inclut la détection de tout équipement malintentionné et l’identification de vulnérabilités, qu’elles soient structurelles ou organisationnelles, afin d’assurer la sécurité des informations et de protéger l’intégralité des actifs informationnels dans toutes leurs formes.